Intouchables m’a touchée

Une fois n’est pas coutume ici, et si on parlait… cinéma ? Lassée des réflexions du type « Quoi ?! T’as pas vu Poliiisssse ? » ou « Il faut AB-SO-LU-MENT que tu voies The Artist, tu verras Jean Dujardin est E-POU-STOU-FLANT !! », sous prétexte que je ne vais pas au cinéma tous les deux jours, j’ai donc décidé de prendre ma vie en main (ou en tout cas ma soirée) et d’aller voir Intouchables, le dernier né d’Olivier Nakache et d’Eric Toledano. Bon, j’étais pas le première à avoir cette idée, puisqu’en à peine une semaine, le film a déjà séduit plus d’1,6 million de spectateurs.

L’histoire ? Un riche aristocrate tétraplégique embauche un jeune des cités pour l’assister au quotidien suite à son accident de parapente. Tiré d’une histoire vraie, le scénario aurait rapidement pu tourner au mélodrame pathétique basé sur le cliché trop facile d’une amitié entre un aristo et un jeune des banlieues. Que nenni ! Le duo François Cluzet / Omar Sy, à la fois cocasse et extrêmement attachant, fonctionne à merveille. On y retrouve un Cluzet égal à lui-même, droit et intègre, parfois pince-sans-rire, et un Omar, excellent dans son rôle qui ne tombe pas dans le piège caricatural du jeune en difficultés. Alternant entre des scènes de vie et des moments hilarants, ce film, que je classe sans hésiter dans le top 3 des meilleurs films de 2011, est une preuve indéniable qu’avec du recul, on peut rire de (presque) tout !

Publicités