Facebook m’a tuer

Cette semaine, pour fêter la première année de mon nouveau quart de siècle (gloups !), je me suis vue offrir le dernier né de Thomas Zuber et Alexandre des Isnards : Facebook m’a tuer.

 

Avec l’avènement des nouveaux moyens de communication, nos vies ont été bouleversées et notre rapport à l’autre a été complètement transformé. Découpé en plusieurs saynètes indépendantes, le livre met en scène différents personnages dans leur vie de tous les jours, leur quotidien étant régi par les nouvelles technologies : Smartphones, tablettes, réseaux sociaux…

En 2012, les têtes-à-têtes au restaurant se font entrecoupés de SMS, d’appels ou de sonneries en tout genre, les premières échographies des futures mamans sont rendues publiques sur Facebook sans que cela ne choque personne et un premier rendez-vous galant n’a plus rien à apprendre à un homme qui aura « googlelisé » sa prétendante avant de s’y rendre.

Un recueil à lire donc, aussi bien pour les plus aguerris du web que pour les irréductibles qui résistent encore et toujours à l’envahisseur 2.0. Pour ma part, bien que Digital Native hyper-connectée, j’avoue que ce livre me fait réfléchir et me donne envie d’essayer de débrancher… un peu !

Publicités